Un peu d'Histoire

Peu après les premiers combats de la grande guerre, les rescapés du front se rassemblent, las d'attendre des secours pécunières ( les mesures en leur faveur datent encore de 1831!!). C'est ainsi qu'en 1915-1916 se fondent des associations de mutilés et réformés n°1 avec aussi les veuves et même les ascendants. Mr René Cassin, par exemple , grand blessé de 1914 et frère d'une veuve avec 3 orphelins, rejoint une telle association à Aix en Provence.

Peu à peu, ces associations se regroupent. En octobre 1917 à Toulouse, un premier essai de regroupement national échoue; mais le 11 novembre 1917 à Paris  au Grand Palais se tient le 1er congrès de l'Union Fédérale. Des bases sont jetées, des principes sont définis,des dirigeants se révèlent, laissant au vestiaire leurs convictions pour ne penser qu'aux victimes de la guerre. A Lyon, les 23,24 et 25 février 1918 c'est le succès. 

L'Union Fédérale des associations françaises de blessés, mutilés, réformés, anciens combattants de la grande guerre, veuves, orphelins et ascendants prend officiellement naissance. Dénommée plus tard l'Union Fédérale des associations françaises d'anciens combattants et victimes de guerre, celle-ci devient en 1936 Union Fédérale des associations françaises d'anciens combattants et victimes de guerre et des jeunesses de l'Union Fédérale. En effet, poursuivant son oeuvre en faveur du civisme, l'Union Fédérale a fondé des groupements de jeunes.

Son siège social primitivement sis au 16 rue de l'Abbaye Paris 6 ème a été transporté au 1 rue de Brissac Paris 4ème, dans un immeuble acheté le 1er février 1928 grâce aux dons de ses fédérations et groupements départementaux. C'est toujours actuellement le siège de l'Union Fédérale.

Le Logo de l'UNION FEDERALE

Il existait en 1920 ! En effet, dans un encart publicitaire du Bulletin de l'Union Fédérale du 10 décembre 1920, il apparait déjà sous sa première forme. Il sera modifié vers 1930 puis en 1931. Il comporte le casque Adrian qui remplace le ruban et l'étoile pourpre de l'insigne des blessés.

Quel est son symbolisme?

Le casque Adrian rappelle la Grande Guerre et le faisceau des licteurs, la République romaine. Quant aux cops, ils figurent à Versailles dans la galerie des glaces sculptés en haut de chapiteaux. Ainsi, notre insigne est bien français, qui conjugue la Royauté et la République. Notons enfin que les amis de l'Union Fédérale ont tourné les têtes des coqs vers l'extérieur pour montrer leur intention de s'ouvrir à ceux qui sympathisent avec nos idées.

 

Mr René Cassin 1887 - 1976

Mr René Cassin

Mr René Cassin, compagnon de la libération et Prix Nobel de la Paix.

"Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les DROITS DE L'HOMME seront violés en quelque partie du monde. René Cassin" 

Toute l'action positive de René Cassin n'est que l'expression tangible des qualités qui sont la marque de sa personnalité profonde: Générosité, humanisme, sens de l'équité, respect de la dignité et courage inlassable. Grand -Croix de la légion d'honneur, Médaille militaire, Croix de guerre 1914- 1918, Médaille de la Résistance, Commandeur des Palmes académiques.

Homme de justice et de paix, René Cassin, s'est attaché, au cours de sa vie , à faire prévaloir la notion de l'individu sujet priviligié du droit dans l'ordre interne comme dans l'ordre international. Homme de bonté, mais aussi de courage, il a su montrer en 1914 - 1918, comme en 1940, son profond attachement à la Patrie. Il dénoncera Hitler et le terrorisme d'Etat, l'esprit de démission et sera parmi les premiers à rejoindre le Général De Gaulle à Londres. Il contribuera de façon décisive, à doter la France au combat, de structures juridiques et administratives. Son intelligence lucide, son labeur assidu, ses connaissances étendues, il les mettra au service de la communauté humaine en veillant à ce que la France joue un rôle essentiel dans une nouvelle Déclaration des Droits de l'Homme. Mieux faire connaitre la vie de Mr René Cassin à nos adhérents car il fût un homme d'une rare qualité dont toute la carrière est faite d'altruisme, pour tout dire d'une exceptionnelle humanité. A l'époque où l'interdépendance des diverses parties de l'humanité s'affirme, la France, qui depuis des siècles, représente un idéal de liberté, doit préserver ce patrimoine sans frontières et grâce à son rayonnement et à cet héritage exceptionnel se maintenir comme une force morale dans le monde.

 

 

Le siège de l'Union Fédérale à Paris

Siège Union Fédérale Paris

Le Siège National: 1, rue de Brissac 75 004 Paris

est un ancien hôtel particulier situé au n°1 rue de Brissac. Il a été acheté le 1er février 1928 par devant Maître Constantin, notaire à Paris, pour le prix principal de 380 000 francs. L'acte d'achat a été signé par le Président Maurice Randoux. Les précédants propriétaires ayant contracté un emprunt auprès du Crédit Foncier de France pour acquérir cet immeuble. L'Union Fédérale a repris cet emprunt et devait payer pendant 20 ans à compter du 31.10.1927 des annuités de 14 945,40 F comprenant les intérêts qui étaient de 9,80 %. Un architecte, Monsieur Belayer, ayant expertisé le 14.02.1927 l'immeuble, l'avait estimé à 620 000 F, avec 100 000 F de réparations urgentes. Il est à noter que l'Union Fédérale avait fait appel à la générosité de ses associations qui recevaient alors un reçu en bonne et due forme dans le style qui prévalait alors. En 1939, elle recevait encore des dons. (La superficie du terrain autour est de 407m2).

Rappelons que l'inauguration officielle s'est déroulée le 27 mai 1928 en présence du Président de la République Mr Gaston Doumergue, Monsieur André Tardieu Président du Conseil.

Presse de l'Union Fédérale

Presse de l'Union Fédérale

Entre les deux guerres:

D'après des recherches faites par des étudiants de l'Université de Tours, l'Union Fédérale aurait possédé depuis sa création le journal " APRES LA BATAILLE " fondé par Georges Vidalqui avait trouvé un commanditaire, Monsieur Galby. L'Union Fédérale ne se serait pas entendue avec ce dernier qui refusa de revendre ce journal lorsqu'elle voulut le racheter à la suite d'une décision du congrès national de Tours en 1920. L'Union Fédérale, se lança alors dans la publication de l'hebdomadaire "Bulletin de l'Union Fédérale", dont le premier date du 17 octobre 1920 et qui devint jusqu'au dimanche 26 septembre 1926 ( n°229, 7ème année). Les archives du siège national en possèdent les exemplaires à partir du n°3.

La France Mutilée.

Les archives du siège national en possèdent les exemplaires à partir du n°3. Dès le samedi 2 octobre 1926, La France Mutilée parait en sous -titre du "Journal des mutilés et réformés". En novembre 1935 apparaît "Notre France". C'est un mensuel dont le besoin se faisait sentir: rayonnement de la fédération nationale qui approchait le million d'adhérents, mpyen de lutte contre les attaques de certains journaux (AC budgétivores!), moyen d'action contre les menaces gouvernementales (décrets-lois de Pierre Laval,Président du Conseil, moyen de propagande....

Notre France.

Le tirage débute à 208 000 exemplaires mais stagne à 335 000 exemplaires, malgré les efforts des dirigeants nationaux dont le Président Henri Pichot. Si beaucoup de fédérations ont accepté de faire encarter leur publication dans le mensuel national, il faut signaler que d'autres, plus importantes, refusent la fusion et maintenant leur parution en toute indépendance. Notre France paraîtra jusqu'à juin 1939 à la veille de la 2ème guerre mondiale. 

Parallèlement à ces publications apparaissent le 15.11.1930 " Les cahiers de l'Union Fédérale" destinés plus spécialement aux responsables. C'est dans ces cahiers que signent René Cassin, Henri Pichot, Maurice Sieklucki, H. Fontenaille, Paul Brousmiche,etc etc... C'est là que se dessine la doctrine de l'Union Fédérale et qui paraissent des articles concernant des faits de société et des rappels historiques.

La vie reprend...., avec d'autres dirigeants et les "Cahiers" réapparaissent jusqu'en 1994.

Autres publications:

Outre cette presse qui paraissait régulièrement, l'Union Fédérale édita avant guerre chaque année un volume spécial relatant le congrès annuel national. De plus elle publiait des opuscules signés de ses dirigeants à propos des différents problèmes qui étaient alors soulevés: "la vie chère", "les sans abri", "le chomage",  "pour la défense du consommateur", etc etc. L'Union Fédérale éditait aussi des agendas de poche avec des renseignements utiles pour les anciens combattants et victimes de guerre ( 1 exemplaire est dans notre musée), ainsi que des annuaires avec le site des responsables des fédérations et de leurs associations. Après la seconde guerre mondiale, il faut noter spécialement son livre blanc "plaidoyer en faveur des ex-prisonniers du Viet-Minh" qui contribua, grâce à la ténacité de Tony Aparico et d'authentiques témoins, à faire évoluer l'esprit des parlementaires à l'égard des prisonniers du Viet-Minh. A noter aussi la parution du recueil des " Unités combattantes en AFN" commencée en mars 1980 avec des mises à jour périodiques, sous l'égide de Robert Sauvé. 

Lors du décès de René Cassin une plaquette spéciale fut réalisée par l'Union Fédérale. "Une action humanitaire n'est jaimais finie" ou l'on retrace les actions menées en faveur des anciens combattants d'outre-mer et d'autres aides exceptionnelles européennes.

 

1968 Arrivant au Conseil Constitutionnel sous la colonnade du Palais Royal à Paris. 

Rene cassin

René Cassin avec le Pape VI

Rene cassin et le pape

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau